Partagez | 
 

 (F) HEATHER MORRIS ♥ 11th dimension.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (F) HEATHER MORRIS ♥ 11th dimension.   Ven 29 Avr - 14:45

❝ et si moi je suis barge, ce n'est que de tes yeux, car ils ont l'avantage d'être deux. ❞


JODIE prénom² nom ▬ anciennement : Big Jodie ▬ vingt-cinq ans ▬ Covington, américaine ▬ joviale, rancunière, têtue, immature, possessive, extrêmement intelligente, imaginative, créative, romantique... ▬ HEATHER MORRIS (négociable)

→ TO BE YOURSELF IS ALL THAT YOU CAN DO

L'histoire est plutôt libre. Il faut juste qu'elle soit née à Covington, qu'elle ait fait des études, et qu'elle ait quitté la ville pendant quelques temps. Elle vient de se fiancer, mais les retrouvailles avec Austen risquent de changer ses plans ou en tout cas, de semer des doutes. Elle a aussi perdu beaucoup de poids. Pendant tout le reste de sa vie, elle pesait dans les 90 kilos. Elle en a beaucoup souffert.

→ SOMEONE FINDS SALVATION IN EVERYONE

EXTRAIT DE PRESENTATION
❝ Je me rappelle, à l'université, de ma meilleure amie, Jodie, qu'elle s'appelait. Tous mes potes se moquaient d'elle, mais moi, elle était mon rayon de soleil. Il était vrai qu'elle était ronde, que ses kilos en trop la rendaient vulnérable aux moqueries. Mais moi, je la protégeais. Et je lui faisais comprendre que je serais toujours là pour elle, que je ne laisserais pas ces idiots se moquer d'elle. Jodie était l'une des rares filles à partager avec moi la passion des vieux groupes de rock comme les Smiths, les Beatles ou bien les Kinks. On passait notre temps à les écouter, allongés sur le lit, main dans la main, à refaire le monde. Ensemble, on était plus forts. Ensemble, on tentait d'apprivoiser l'idée d'un monde meilleur. Elle était moi, au féminin. Elle était mon moi profond, celui que je cachais aux autres personnes et qu'il n'y avait qu'elle qui connaissait. Elle avait su gratter et faire tomber le masque. Avec elle, ma carapace n'existait pas. Si bien que mes copains de fac, ces gros balourds, pensaient que Jodie et moi étions en couple. A cette époque, l'apparence compte beaucoup. Je me souviens avoir simplement baissé les yeux, quand l'un d'eux avait dit : « Alors, il paraît que tu sors avec Big Jodie ? » J'avais envie de dire que ça ne le regardait en rien, et que même si c'était vrai, il n'avait pas à l'appeler comme ça. J'avais juste dit, comme un idiot : « N'importe quoi. C'est juste une... une copine. » J'avais passé la main dans mes cheveux tandis que mon collègue de fac se mettait à rire à gorge déployée. Ce n'était pas moi qu'il regardait, mais juste à deux mètres plus loin. Jodie s'y tenait, les larmes aux yeux, légèrement tremblante. Jamais je ne m'étais senti aussi idiot. Tandis que Jodie partait en courant, humiliée par ce gars et par ma façon d'agir, je sautais sur cet idiot, bien décidé à lui faire avaler sa langue. Si j'avais pu lui donner la raclée de sa vie, j'aurais aussi voulu que quelqu'un m'en fasse voir de toutes les couleurs, c'était tout ce que je méritais. Le soir-même, je m'étais rendu à l'appartement de Jodie. Elle m'avait ouvert, elle était en pyjama, un pot de glace dans la main et elle regardait Ghost. Le cliché même de la rupture, mais je savais qu'elle était comme ça. Elle était un cliché et c'est ce que j'aimais chez elle. C'est que ce ne serait jamais ridicule pour elle, d'avaler une glace à la pistache devant Ghost parce qu'elle était déprimée. Elle n'avait rien dit, mais je devinais à ses yeux rouges qu'elle avait du pleurer. Je ne savais pas si c'était à cause de la fameuse scène de la poterie ou à cause de ce qui s'était passé l'après-midi, mais en tout cas, elle avait du pleurer à chaudes larmes. Et ça me fendait le cœur. Je n'avais su quoi dire, elle m'avait juste laissé passé, avait refermé la porte et avait foncé sur son lit, blottissant un coussin contre sa poitrine. Moi, j'étais resté debout, muet, tandis qu'elle m'était le film sur pause. Elle attendait que je parle, c'était un fait. Alors, j'avais fini par ouvrir la bouche : « Je peux prendre une cuillère dans ton placard ? » Comprenant mon approche, elle hocha la tête. Je me servis et vint m'assoir près d'elle, sur son lit. J'enfouis ma cuillère dans le pot de glace. J'espérais que tout serait plus simple autour d'une glace à la pistache. Elle me lança un regard timide, tandis que je portais la cuillère à ma bouche. Il fallait que je dise quelque chose si je ne voulait pas qu'elle me vire à coups de pied. « Ecoute Jodie, je suis désolé. Mes copains sont des crétins. » Elle fronça les sourcils. Ne la laissant pas m'attaquer, je renchéris : « Et je suis pire qu'eux parce que j'essaye de leur plaire. Je ne sais pas comment tu fais. Je veux dire... Ils passent leur temps à te rabaisser et même si ça te fait pleurer parfois, tu supportes. Moi je ne supportes pas de les entendre t'appeler Big Jodie. » Elle ferma doucement les yeux, souffla puis finit par dire : « Tu veux que je fasses quoi ? Que je perde du poids pour qu'enfin t'acceptes de voir qu'il y a plus qu'une putain d'amitié entre nous ? » Jamais je ne l'avais vu dans un état pareil. Elle me semblait tellement désorientée que ça m'en faisait mal aux tripes : « Peut-être après tout que ma graisse t'empêche de voir que mon coeur bat plus fort à chaque fois que tu frôles ma peau ? » Je ne supportais pas de l'entendre parler d'elle comme ça. Elle se dévalorisait et c'était incroyable comment ça me faisait de la peine. Hors de moi, je pris le pot de glace de ses mains, le posait sur la table de chevet. Puis, mes mains vinrent se glisser dans les siennes. Elle regarda nos mains liées, mais détourna les yeux rapidement pour ne pas être submergée par l'émotion. « Si je suis juste une copine, tu n'aurais jamais du me laisser croire le contraire. Pourquoi... Pourquoi tu disais : "on a besoin de personne d'autre. Nous deux, de l'amour et de l'eau fraîche." Je retiens tous les mots que tu me dis. Tu sais bien que je suis comme ça. Que ma vie, c'est une comédie romantique et que j'analyse chaque geste que les hommes ont envers moi. Tu es un homme, tu aurais du te douter que tu ne faisais pas exception... » Ses mots me firent exploser le coeur, mais elle avait besoin de les prononcer, alors je la laissais faire. « Je fais la même chose avec toi. J'analyse chacun de tes gestes aussi. Quand je sens ton coeur battre à cent à l'heure dans ton poignet, je me dis que ce n'est peut-être pas à cause du film que l'on regarde mais peut-être le fait que je te tiens la main. Tu sais bien aussi que je suis un putain de romantique. Je... Je suis juste incapable d'assumer une future relation avec toi. » « Parce que je suis grosse. » « Non. Parce que je te ferais du mal. Comme je t'en ai fait aujourd'hui. » Je savais pourtant que tout cela était lié à son poids. C'était stupide comme raison pour s'empêcher d'aimer. C'était pourtant ce que je faisais : je m'empêchais de l'aimer. Je m'empêchais d'être heureux. Elle fronça les sourcils, vint déposer un baiser au coin de mes lèvres et elle se leva, m'indiqua la porte et dit calmement : « Je crois qu'il est temps que tu partes. »

J'avais brisé notre amitié en brisant notre amour. Indéniablement, nous étions passé du stade inséparable au stade du bonjour poli dans les couloirs de l'université. Ca me crevait le coeur de la voir rire avec d'autres personnes, de la voir se rapprocher d'autres garçons. C'était ça, qu'on appelait l'amour. Mais j'étais bien trop c*n pour m'en apercevoir. Encore aujourd'hui je suis hanté par Jodie. Parfois son rire vient prendre place dans mes rêves, parfois, je crois apercevoir sa silhouette dans les rues des villes où je travaille. ❞

Aujourd'hui, Austen est revenu à Covington. Il fait une pause dans sa vie professionnelle. Et c'est dans sa ville natale qu'il se ressource. Jodie, de son côté, vient de ré-emménager dans sa ville natale, avec trente kilos en moins et un fiancé. Depuis l'université, en trois ans, la jeune femme a bien changé. Sûrement Austen ne la reconnaîtra pas immédiatement. Et comment réagira-t-il lorsqu'il apprendra que celle qu'il a toujours aimé est désormais fiancée ? Les retrouvailles risquent d'être explosives.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (F) HEATHER MORRIS ♥ 11th dimension.   Ven 29 Avr - 14:45

Bonjour cher amie,
Déjà merci de t'intéresser à mon scénario, j'espère qu'il te plaira. Je ne ferais pas le blabla habituel (motivation, présence, orthographe...), mais je tiens juste à dire que ce personnage compte beaucoup à mes yeux. Heather Morris est négociable, mais cependant, je l'aime beaucoup et j'aimerais bien en faire un personnage intelligent pour une fois Le prénom Jodie est négociable, même si c'est celui que j'ai utilisé dans ma présentation Smile
Bref, si vous la prenez, je vous aimerai pour toujours et je vous offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (F) HEATHER MORRIS ♥ 11th dimension.   Ven 29 Avr - 20:33

    J'aime, j'aime !
    si tu veux bien de moi, je suis là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (F) HEATHER MORRIS ♥ 11th dimension.   Ven 29 Avr - 22:18

Tu gères, je t'aime
Bien sûr que je veux de toi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (F) HEATHER MORRIS ♥ 11th dimension.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(F) HEATHER MORRIS ♥ 11th dimension.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heather Ciabattino Stanam Williams
» Dimension Wolf
» Heather Stevens Williams
» (M) Julian Morris - the enemy is the inner me (host)
» (m) Julian Morris - Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bad Blood :: OUVERTURE AVRIL 2011-
Sauter vers: